HomeL'atelierQui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?

Le projet

Une forte présence artistique depuis 1995

Le projet de l’Atelier à spectacle s’est construit, dans un premier temps, autour de la diffusion et de la rencontre avec les publics et en développant dès 1995 une relation forte entre les équipes accueillies en résidence et les habitants.
A partir de 2004, la présence d’équipes artistiques prend une autre dimension et plusieurs formes : un temps de travail, une période de recherche et d’expérimentations ou le moment d’une création

La présence artistique comme moteur

Chaque saison, nous accueillions plusieurs équipes pour des périodes de travail qui sont toujours l’occasion de rencontrer le public (répétitions publiques, lectures, stages, rencontres dans les classes) et qui débouchent très souvent par une représentation.
La durée d’une résidence va de quelques jours à 3 mois et plus, pouvant être fractionnée en plusieurs périodes. Pendant sa résidence, l’équipe peut bénéficier d’un accompagnement technique, logistique et administratif selon les besoins, les envies et les disponibilités du lieu.

Dans ce projet 2011/2013, il s’agit d’ancrer et de consolider cette présence artistique en travaillant avec les Départements et Régions limitrophes, nos partenaires publics et les EPCI pour y favoriser l’accueil (lieux d’hébergement) et conforter nos missions d’animations culturelles du territoire.

Des œuvres à confronter aux publics

Enfin, pour faire vivre la création contemporaine, il faut faire vivre les textes et faire connaître les jeunes créateurs, auteurs, compositeurs, metteurs en scène et chorégraphes.

Penser, fabriquer, jouer : du choix d’un créateur à l’étude de son projet et de la lecture du texte à l’élaboration de la mise en scène jusqu’à la représentation, il y a une nécessité de confronter le public au processus de création.

C’est la raison pour laquelle je souhaite soutenir une présence forte d’équipes artistiques sur notre territoire, en précisant sa place et son rôle dans le projet culturel et notamment en soumettant chaque porteur de projet à s’engager à nos côtés dans le cadre de nos actions culturelles définies dans « les contreparties ».

La présence artistique est un volet qui prend place dans le soutien que nous pouvons apporter aux équipes. Il s’agit d’optimiser les outils de travail et de les mettre à leur service, en proposant des accueils souples et ouverts

La programmation

D’une programmation musicale et théâtrale

A l’origine, lieu plus particulièrement dédié à la chanson, l’Atelier est fier d’avoir accueilli de nombreux artistes au tout début de leur carrière comme Kent (1994), Thomas Fersen (1996), M/Mathieu Chédid (1998), Rokia Traoré (2000), Loïc Lantoine (2000), Jeanne Chéral (2002), Vincent Delerm (2003), Cali (2003), Amélie-les-crayons (2005), Anaïs (2005), BabX (2006), Christophe Mali (2007), et Moriarty (2008) …

Depuis quelques années, le projet s’est ouvert au théâtre et à la danse et c’est ainsi que nous avons eu le plaisir d’accueillir Fellag (1998), Christine Berg (2002), Slimane Benaïssa (2002), Laurent Hattat (2005), François Morel (2002), Niels Arestrup (2007), Lou Doillon (2008), Wajdi Mouawad (2008), Philippe Genty (2008), Karine Pontiès (2009), Thierry Baë (2009) …

Les grands équilibres de la diffusion : La musique et le théâtre comme pivot
Le projet est depuis 2004 pluridisciplinaire avec comme esthétiques centrales la musique (jazz et chanson) et le théâtre, entre d’une part des artistes de variété connus (William Sheller – 25 septembre 2009) et des grands metteurs en scène de théâtre (Wadji Mouawad – Incendie – 25 mars 2008), et d’autre part de jeunes chanteurs (Karimouche – 15 octobre 2009) et des metteurs en scène émergents (Alexis Armengol « I’m sorry » Théâtre à cru / 24 et 25 mars 2005).

Une programmation exclusivement tournée vers le répertoire contemporain et regroupée dans une proposition singulière, cohérente et équilibrée pour les habitants.

Un souhait : croiser les regards entre des expressions artistiques contemporaines

Je propose de poursuivre et développer cette offre, afin que cette partie du Département d’Eure-et-Loir et de la Région Centre soit dotée d’une programmation généraliste, exigeante et en relation avec les réseaux nationaux.

Une programmation où les différentes expressions artistiques (corps, voix et parole) renforcent nos thématiques centrales (théâtre et musique), tout en se complétant avec les autres propositions de notre territoire.

Tandis que la Direction Culturelle de la Ville de Dreux et l’Association des Amis du théâtre (Théâtre en Dreux) jouent sur une belle complémentarité de programmations, j’ai fait le choix, depuis mon arrivée, de travailler sur le répertoire contemporain.

Celui-ci s’est imposé à moi, non pas en opposition ou en réaction, mais par l’absolue nécessité de confronter notre public à ces nouvelles écritures, nouvelles musiques, nouvelles créations…

Une volonté : toucher les gens, en partant du réel et susciter l’imaginaire

L’amour, la mort, la violence sont autant de sujets qui nous concernent tous. On peut écouter la radio, regarder la télévision, lire, et être dans l’incapacité de comprendre le monde.
L’homme est-il toujours obligé de chercher des réponses à ces questions ? Je pense que cela est inhérent à sa nature, même si parfois il refoule ce désir par peur de faire face.

Partir du réel est pour moi un devoir, une manière de donner à entendre des textes forts (La douleur de Marguerite Duras avec Dominique Blanc mise en scène pas Patrice Chéreau – 12 mars 2010), mais aussi donner la parole à ceux que l’on n’entend pas ou plus (Blackbird de David Harrower mise en scène par Claudia Stavisky – 09 janvier 2009).
Comment rester debout, échapper aux affres du quotidien, oublier notre condition, si nous ne pouvons pas rêver et trouver des exutoires à nos besoins d’évasion.

Il faut parfois revenir à l’essentiel et retrouver notre naïveté originelle.

Il faut susciter l’imaginaire (J’ai gravé le nom de ma grenouille dans ton foie de Clinic Orgasm Society – 28 Novembre 2008) pour que naisse le plaisir de partager une histoire («& » Halory Goerger et Antoine Defoort /18 mars 2010) et qu’émerge l’envie d’utopies.

L’imaginaire est seul capable de nous transporter dans des univers informels d’où l’on peut transgresser les règles établies.

Les créateurs, les comédiens, les chanteurs ont cette facilité de mettre en scène nos propres vies, de les dépouiller de l’inutile pour ne retenir que l’indicible ou l’inconscient. Ils nous aident à voir, à penser, à comprendre que les sentiments sont parfois les jouets de nos propres angoisses.

L’histoire

Une idée innovante en 1984

En février 1984, la Ville de Vernouillet rachète les anciens Hangars Robert et dès le 1er mars, elle y produit le Festival de Danse et y accueille le 16 septembre un premier concert avec Mouloudji, beau parrain qui nous guide encore dans nos choix : « Messieurs qu’on nomme Grands, Je vous fais une lettre, Que vous lirez peut-être, Si vous avez le temps »
« Le déserteur » texte de Boris Vian, interprété par Mouloudji

Apres 20 ans d’activité et une action reconnue dans le paysage culturel régional, le lieu bénéficie d’un important programme de travaux financés par l’Union Européenne (40%), par l’Etat (17%), par la Région Centre (16%) et par le Département d’Eure et Loir (6%).

La maîtrise d’ouvrage est transférée de la Ville de Vernouillet à la Communauté d’agglomération qui finance la part restante (21%) et l’équipement s’inscrit, le 1er janvier 2004, comme compétence communautaire au sein de l’Etablissement Public de Coopération Intercommunale, Dreux agglomération.
Les travaux de réhabilitation dureront 16 mois et le 6 septembre 2004, Gérard Hamel, Président de Dreux agglomération, Député Maire de Dreux et Daniel Frard, 1er Vice-président et Maire de Vernouillet, inaugurent ce nouvel outil culturel communautaire.

Avec deux salles – L’Atelier (954 places) et le Séchoir (200 places) – un studio de danse, un espace restauration et de nouveaux bureaux, l’équipe peut évoluer dans d’excellentes conditions professionnelles et développer un projet culturel et artistique plus ambitieux pour le territoire

Un territoire culturel

Un lieu au carrefour de trois régions et trois départements
L’Atelier à spectacle s’est depuis vingt ans, naturellement investi dans ce bassin de vie de 120 000 habitants, autour des 19 communes de Dreux agglomération et des cantons du Pays Drouais, pour déborder ensuite sur les départements de l’Eure et des Yvelines.

Situé aux portes de l’Ile de France et de la Normandie et aux croisements d’axes de circulation importants, deux nationales (N154 et N12) et une grande ligne SNCF, L’Atelier à spectacle bénéficie d’un positionnement stratégique permettant la circulation des idées, des œuvres, des artistes et du public.

C’est dans ce contexte que le projet artistique et culturel devient singulier et qu’il prend nécessairement une dimension interrégionale.

Un territoire culturel transfrontalier
Au delà des frontières administratives, il y a une réalité qui s’affirme chaque jour : les artistes, les œuvres et le public circulent librement alors que les modèles administratifs ont beaucoup de mal à passer outre la géographie de nos territoires.

Il faut aller au delà et concevoir un « territoire culturel » comme une zone géographique, où un équipement structurant trouve une assise culturelle, artistique et économique traduisant une volonté politique et lui conférant une mission d’intérêt général pour porter un projet à la dimension de ce territoire.

Je propose de travailler sur cet aspect, d’en faire un point d’appui important pour le développement du projet et d’apporter une attention toute particulière à certains axes de travail déjà avancés comme :
– Conforter notre présence dans les réseaux et organisations professionnels
– Créer un réseau de professionnels sur les départements et régions limitrophes
Mettre synergie de nos projets avec les opérateurs publics des trois régions limitrophes (agences, centres de ressources, centres nationaux et régionaux, réseaux de diffusion, conseils régionaux et conseils généraux etc.)
– Affirmer dans les contrats de développement locaux, le positionnement stratégique de l’Atelier à spectacle, pour le développement culturel de ce territoire
– Mettre en place, en lien avec l’Inspection académique d’Eure et Loir, d’une convention avec le Rectorat pour conforter l’ensemble de nos actions culturelles sur le temps scolaire et soutenir nos programmes en faveur de l’éducation artistique
– Inscrire dans les projets territoriaux le dispositif « Premières places » la classe culturelle pour les collèges (Arts au collège) et les lycées (Aux arts lycéens et apprentis) situés sur les circonscriptions de Dreux 1 et 2.

L’équipe

Contacter l’équipe de l’Atelier à spectacle au 02 37 42 60 18

Martine DAVID
Responsable de l’accueil du public et assistante à l’accueil des artistes

martine.david@latelier-a-spectacle.com
Manuela DESHAYES
Chargée du public – assistante administrative

manuela.deshayes@latelier-a-spectacle.com
Jean-François DETAMANTI
Directeur technique

jf.detamanti@latelier-a-spectacle.com
Stephanie HAMONET
Chargée de communication

s.hamonet@dreux-agglomeration.fr
Françoise LEMEE
Agent polyvalent
Perrine PIERSON
Administratrice

perrine.pierson@latelier-a-spectacle.com
Baptiste Duval
Technicien bâtiment
Catherine ROBINET
Chargée des actions culturelles, remplacée par Sloane Ragaigne

catherine.robinet@latelier-a-spectacle.com
Denis ROUGIER
Régisseur son

denis.rougier@latelier-a-spectacle.com
Pascal SERRANO
Régisseur Lumière

pascal.serrano@latelier-a-spectacle.com
Philippe VIARD
Directeur

philippe.viard@latelier-a-spectacle.com
Rejoignez L’Atelier !L’Atelier à spectacle c’est aussi des vacataires pour la technique, l’accueil en salle, la partie restauration, l’affichage… Vous êtes intéressés ? Envoyez votre CV et lettre de motivation au :
Service Ressources Humaines
Agglo du Pays de Dreux
4, rue de Châteaudun BP 20159
28103 DREUX cedex

DRH@dreux-agglomeration.fr

Partenaires