HomeLes SpectaclesMusique LOÏC LANTOINE

LOÏC LANTOINE

  • en duo avec François Pierron

    CHANSON

    Un dialogue entre chanson parlée et contrebasse.

    Avec une sensibilité à fleur de peau, Loïc Lantoine nous chante ou plutôt nous conte ses histoires avec poésie. Fervent amateur de la langue parlée et de ses expressions parfois un peu bizarre, Loïc Antoine nous emmène dans son univers où les rimes créent l’émotion. Poète, facétieux, musicien des mots, il mêle l’ordinaire au beau.

    On ne voit que très rarement Loïc Lantoine seul. Il travaille avec Allain Leprest, Jehan. Il a tourné ces dernières années et fait un double album avec The Very Big Experimental Toubifri Orchestra. Mais c’est avec son complice et collaborateur de toujours, le contrebassiste François Pierron, que le baladin lillois partagera la scène. La musique de François Pierron pour accompagner tout en subtilité la justesse des mots et la voix rocailleuse de Loïc Lantoine garantit un concert bouleversant.

    On aime l’esprit des Ogres de Barback et de La Rue Kétanou, de ce duo qui n’a rien perdu de sa virtuosité langagière ni de sa capacité à chambouler et à entraîner.

    Loïc Antoine

    Cela fait déjà plus de dix ans que Loïc Lantoine fait tanguer la langue, chavirer la rime et culbuter les strophes. Troubadour trublion, cascadeur du quatrain, il a baroudé de bars en clubs avec une inaltérable constance. Après toutes ces années, on le retrouve toujours capable d’émouvoir en rugissant et de chambouler son public plus sûrement qu’un grand huit.

     

    Loïc Lantoine ne fait pas des chansons pour en parler. Ne pas chercher à le lancer dans l’exégèse de ses textes. Il n’a guère d’appétence concernant l’exercice. Préfère laisser le champ libre aux auditeurs pour la projection. Et puis, faut-il forcément revenir sur des instants d’abandon ? Ces fulgurances-là n’ont pas besoin d’être analysées. Aucun mode d’emploi chez lui quand les mots se culbutent, encore moins de séduction putassière. Ça vient d’où une chanson, avec Lantoine? Du ventre, des viscères, du cœur. C’est le lieu de la tendresse et de la vaillance, le cœur, c’est l’organe qui donne. Il a ça en lui, il l’a toujours eu. La valeur refuge d’un choix, d’une liberté. Et ce chant aussi, batailleur, rugueux, d’une humanité fragile. De « la chanson pas chantée »: dès le départ, il s’est imprimé cette étiquette. Elle lui colle désormais aux basques. Conteur cabossé. Toujours debout. Humaniste enragé. Vaillant et blessé. Qui n’a cessé d’articuler sa vie, et par extension sa démarche artistique, avec celle des autres. Désir d’être en bande, de se constituer des familles. Bien sûr, on l’a connu trimbalant son fringant duo avec le fidèle complice contrebassiste François Pierron, se glissant parallèlement dans le collectif d’agitateurs Mon côté punk, s’ouvrant en 2013 à d’autres musiciens pour le troisième album studio J’ai changé. Ceux qui le suivent de près auront aussi remarqué que ses concerts peuvent s’apparenter à des tables ouvertes. Loïc Lantoine a le chic pour rajouter spontanément des couverts. L’euphorie d’avancer groupé et de s’abandonner dans des mariages heureux, cela fait indéniablement partie de son ADN.

     

    François Pierron

    Compositeur et arrangeur de Loïc Lantoine, François Pierron, fils de son illustre père (Gérard Pierron, chant et poésie), bombe le torse en s’arc-boutant sur sa contrebasse dont il tire l’autre moitié d’une musicalité savoureuse.

    DISTRIBUTION

    Chant : Loïc Lantoine

    Contrebasse : François Pierron

     

    EN SAVOIR PLUS

    https://www.facebook.com/LoicLantoineOfficiel/

    Production : Asterios spectacles

    Billetterie

    Partenaires