HomeLes SpectaclesThéâtre COMPAGNIE LA MÔME

COMPAGNIE LA MÔME

  • « Est-ce que vous pouvez laisser la porte ouverte en sortant ? » de Antoine Lemaire par Sophie Rousseau

    Quand la maladie d’Alzheimer s’introduit dans un couple

    Un homme et une femme, un couple, un écrivain et une danseuse, riches d’expériences d’une vie qu’ils ont construite. Mais un jour, la femme ne revient pas chez eux. L’homme l’attend et constate qu’un étrange mal vient créer des trous dans les heures quotidiennes. Il est obligé de l’admettre : Alzheimer est là qui atteint le cerveau de celle qu’il aime et va bouleverser leurs repères. Peu à peu, il s’éloigne de la femme qu’il a connue, elle ne reconnaît plus le visage de l’homme aimé. Ils vont devoir réinventer leur rapport sans la mémoire de ce qui a été, dans une éternelle redécouverte.

    S’il est question de la Maladie d’Alzheimer, le cœur de la pièce n’est pas de parler de cette maladie de façon réaliste mais de monter notamment la transformation d’un rapport amoureux lorsque l’un part dans un accueil inconnu. Elle montre une forme d’utopie en créant les conditions d’un nouveau départ en repartant de zéro et comment réinventer une vie sur le temps qu’il reste.

    Le texte d’Antoine Lemaire, sensible, émouvant, drôle aussi, parle de ce qu’est l’amour quand il est inconditionnel. Dans le spectacle de Sophie Rousseau qui intègre pour la première fois la vidéo sur scène, c’est Antoine Lemaire lui-même qui interprète le rôle masculin.

    Un spectacle remarquable sur un sujet sensible qui ouvre plus largement à la question de l’identité.

    Sophie Rousseau

    Après des études universitaires en Histoire et une formation théâtrale qui passe par une fréquentation assidue des théâtres et des ateliers dirigés notamment par Dominique Surmais, Jean-Michel Rabeux, la compagnie Hendrick Van des Zee, Stephen Suschke ou Catherine Epars, elle réalise de nombreux assistanats à la mise en scène avec Lorent Wanson, Le Groupov (Liège), Pietro Varrasso (Opéra Royal de Wallonie, Liège), Alain Barsacq (Comédie de Béthune) et surtout Jean-Michel Rabeux dont elle est l’assistante de 1999 à 2007.

    Elle réalise à la Rose des Vents, Scène Nationale de Lille Métropole en 2003, sa première mise en scène avec le texte de Stig Dagerman « Notre besoin de consolation est impossible à rassasier ». Elle crée en 2006 à la Comédie de Béthune puis à la Rose des Vents et au festival Trans « Médée-Matériau » de Heiner Müller. En 2007, elle monte « Le songe de Juliette », une petite forme à partir de « Roméo et Juliette » de William Shakespeare, destinée à un travail de sensibilisation des publics au théâtre.

    La même année, elle devient pour 4 ans artiste associée de la Rose des Vents – Scène Nationale de Lille Métropole. Elle créé en 2008 « C’est trop délicieux pour être de chair et d’os », nouvelle adaptation pour les salles cette fois de « Roméo et Juliette ». En 2009, elle réalise avec François Joinville un projet « Ils sont comment ce soir ? » construit à partir d’interviews de spectateurs sur les traces laissées par les spectacles pour chacun d’eux. Dans le cadre de sa résidence, elle mène un travail de sensibilisation des publics notamment par le biais d’ateliers de pratique artistique et de rencontres avec les spectateurs.

    En 2010, elle commence une résidence au théâtre de L’L à Bruxelles et réalise à la Rose des Vents le spectacle « Quel chemin reste-t-il que celui du sang ? » à partir de textes d’Andersen, d’Ulrike Meinhof, de Franca Rame et Dario Fo, de Jean- Michel Rabeux et de Sophie Rousseau. En 2011-2012, elle mène deux projets de territoire avec la compagnie de Jean-Michel Rabeux à Bondy et à Pantin et commence un travail avec des personnes âgées et des jeunes gens au Bateau Feu, Scène Nationale de Dunkerque, en vue d’une nouvelle création « Chacun vaque à son destin ».

    Elle monte une lecture- spectacle « La mère et la jeune fille sans main » à partir de textes d’Andersen et de Grimm. En 2012-2013- 2014, elle publie le livre « Chacun vaque à son destin » retraçant l’aventure du projet intergénérationnel, elle met en scène une petite forme issue de ce projet et met en lecture le texte d’Antoine Lemaire inspiré de cet échange. Elle crée également un spectacle jeune public « L’Ondine du lac » à partir du texte de Grimm. Elle continue de développer des projets de territoires avec la compagnie de Jean-Michel Rabeux notamment à Pantin, Drancy et Bobigny.

    En 2013-2014, elle suit un D.U Technique du Corps et Monde du Soin qui lui permet de travailler sur une analyse de sa pratique et de penser le développement de projets artistiques hors des cadres institutionnels culturels habituels. En 2015, elle crée « Un rien c’est tout », une performance à partir de détournement de contes.

    DISTRIBUTION

    TexteAntoine Lemaire, Texte édité aux Éditions La Fontaine disponible à l’accueil et à Dialogues théâtre.

    Mise en scèneSophie Rousseau

    Comédiens : Murielle Colvez, Antoine Lemaire

    Scénographie : Mathias Baudry
    Costumes : Sophie Hampe

    Vidéo : Christian Archambeau
    Musique : Eric Sterenfeld

    LumièresJean-Claude Fonkenel
    Accompagnement chorégraphique : Thibaud Le Maguer

    Régie générale : Richard Guyot
    Assistante à la mise en scène et productionEmeline Godon

    L’écriture du texte a bénéficié de l’aide au compagnonnage de la Direction Générale de la Création Artistique.
    PRODUCTION : La Môme, La rose des vents, Scène nationale Lille Métropole Villeneuve d’Ascq, Le Bateau Feu, Scène nationale de Dunkerque

    SOUTIEN : Drac – Nord-Pas-de-Calais Picardie, Région Hauts de France, Spedidam

    Billetterie

    Partenaires