HomeLes SpectaclesDanse COMPAGNIE DU DOUBLE

COMPAGNIE DU DOUBLE

Arthur et Ibrahim

THEATRE

10h : séance pour les primaires

14h  : séance pour les collèges 

Un jeune garçon français ne veut pas jouer avec un autre français parce qu’il n’est pas arabe

Pour satisfaire aux souffrances et aux angoisses de son père qui est persuadé de ne pas être aimé par les Français, Ibrahim arrête de jouer avec son copain. Arthur ne comprend pas et refuse cet état de fait : Pourquoi est-ce que le jeune garçon en vient-il à agir de la sorte ? Pourquoi se définit-il arabe plutôt que français ? Qu’est-ce qu’être arabe ? Quels rôles ou influences ont les adultes sur ces comportements ? Comment réagissent-ils ?

Les deux garçons imaginent alors la transformation d’Arthur en arabe. Entre incompréhension et logique du monde adulte, le stratagème va conduire à l’accident.

Arthur et Ibrahim est l’histoire d’une amitié. La pièce aborde l’héritage de l’histoire entre la France et l’Algérie.

C’est une comédie à destination des jeunes et des adultes dans une période de repli, de crise identitaire.

Rire pour déjouer ce qu’on nous décrit comme grave et sérieux.

Le Double

Passionnés par l’Art de l’acteur, nous avons été frappés dans notre travail d’acteur par la notion de double. Oui, dans des pratiques théâtrales très différentes, l’idée de double intervient sans cesse : le Nô ou toute forme masquée, la marionnette et la manipulateur, le clown et son nez, le personnage et l’interprète, le passeur et l’auteur, le cinéma et le rapport à l’image, etc. Mais ce qui nous saisit d’autant plus c’est que le double est tout d’abord à la source d’une chose primordiale pour un acteur au théâtre : la présence. Le double contient le déséquilibre. Le Double, c’est aussi la question du regard. L’acteur a besoin d’un regard sur lui, d’un autre.

Le deuxième axe fort pour le travail artistique de la Compagnie est sur l’écriture. Leur goût se porte sur un théâtre de texte. Ils voient le texte comme un objet intouchable mais comme une matière de jeu, de mise en scène, de réflexions. Les premiers projets de la Compagnie du Double sont impulsés par leur curiosité pour cette écriture. Et si l’écriture était un territoire…notre travail théâtral serait d’explorer cet espace, d’enquêter sur tous ces signes. Chercher la forme scénique et le style de jeu approprié de chaque texte pour révéler dramatiquement sa densité, est notre recherche primordiale. Quel corps ? Quel espace ? Quelle lumière ? Quels acteurs ? etc. Scéniquement, il faut aiguiser, encore et toujours, notre outil de lecture et de jeu.

Notre ambition est de continuer à observer, à pratiquer les différentes écritures théâtrales et non théâtrales, contemporaines ou classiques. Leur perspective artistique est vraiment de mettre en regard les écritures les unes aux autres.

Enfin, le mythe est un boomerang. Il porte en lui les dynamiques théâtrales. La parole est son médium, le spectateur – gage du présent – et les lignes brutes des récits mythologiques – gage de l’écart – se confrontent. Il s’agit, par le spectre de l’écriture et plus encore par celui du théâtre, de s’emparer de cet élément du collectif pour le donner à voir autrement, ébranlé par le présent. Car c’est bien de cela qu’il est question, notre histoire contemporaine. Comment le mythe permet d’interroger le contemporain ? Quelle distance nous offre-t-il pour que toujours soit possible la métaphore ? De même qu’une langue est dite vivante quand elle continue, au présent, d’être modifiée afin de poursuivre son évolution, le mythe ne le reste lui-même que s’il est continuellement réinterrogé.

DISTRIBUTION

Texte et mise en scène : Amine Adjina – « Arthur et Ibrahim » est publié aux Editions Actes Sud Papiers, Heyoka jeunesse.

Collaboration artistique : Emilie Prévosteau

Interprètes : Mathias Bentahar, Anne Cantineau, Romain Dutheil, Kader Kada

Et la voix de Xavier Fagnon.

Création lumières et régie générale : Azéline Cornut

Scénographie : Maxime Kurvers

Création sonore : Fabien Nicol

Costumes : Majan Pochard – Robe réalisée par Emilie Pla dans le cadre de son projet de fin d’étude DMA costumier/réalisateur, sous la direction de Majan Pochard.

Administration : Sylvie Moineau

Production : Geneviève de Vroeg-Bussière

Diffusion : Marion Krähenbühl

PRODUCTION : La Compagnie du double

COPRODUCTION : Théâtre de l’Agora – Scène nationale d’Évry et de l’Essonne, Le Tarmac – La scène internationale francophone, L’Estive – Scène nationale de Foix et de l’Ariège, Théâtre de la Passerelle – Scène nationale de Gap et des Alpes du Sud.

SOUTIENS : Fonds SACD Théâtre, Association Beaumarchais-SACD, l’ADAMI ; DRAC Centre-Val de Loire, Région Centre-Val de Loire.

EN SAVOIR PLUS : https://www.lacompagniedudouble.fr/

RÉCOMPENSES : Le texte « Arthur et Ibrahim » est lauréat de l’Aide à l’écriture de l’Association Beaumarchais-SACD et accompagné par le collectif À Mots Découverts.

Billetterie

Partenaires