HomeL’atelierArchivesSaison 2015/2016 Compagnie des Indiscrets

Compagnie des Indiscrets

  • "Et après" de Lucie Gougat et Jean-Louis Baille

    THEATRE(S) / VIDEO / HUMOUR

    Objet Scénique Non Identifié

    Comment expliquer une pièce qui est un emboîtement de surprises, d’imprévus qui s’ouvrent les uns sur les autres ou les uns après les autres. Le thème de ce spectacle est celui de la fuite en avant, de la fugue au théâtre.

    Il n’y a pas vraiment d’histoire. Il n’y a pas de théorie non plus. C’est un désordre bien construit : théâtre acoustique et amplifié, bouiboui musical, interpénétration des genres, parenthèse mystique, roman-photo, théâtre performatif, vrai théâtre, mises en abyme, conte aux chandelles, vidéo ambulatoire, pochettes surprises, poésie didascalique, éruptions lyriques, effets spéciaux, appels d’air, énumération exhaustive du manque, suspense, remise en abyme, rendez-vous ratés, catastrophe marine, dégustation de mets et de « mais », automatisme lingual, éveil des sens, quête d’ailleurs, manipulation mentale, clairs obscurs, bouffées d’imaginaire, textes pour rien et bruits de vagues.

    Pour être plus clair, c’est une déconstruction et une reconstruction de tous les codes du théâtre, du théâtre de celui qui est dans la vie et sur la scène (l’envers du décor, des coulisses et du doute de la création, le faire sur scène…). Après avoir tenté, œuvré, donné, joué, raconté, servi les textes, monté les auteurs, habiter les personnages : « Et après… » Dans tous les cas c’est un spectacle jubilatoire à partager.

    Inventif, subversif, un hymne à l’amour du théâtre, à ses doutes, à ses failles et à ses folles espérances.

    Une grande liberté de ton qui se joue des genres

    C’est a le sortie de l’Ecole Jacques Lecocq que Lucie Gougat et Jean-Louis Baille créent la compagnie. Leur but : créer un théâtre jubilatoire à la fois exigeant et accessible. Dans un premier temps, les Indiscrets se sont concentrés sur l’univers tragicomique et absurde, inspiré du clown et du burlesque. En 2011, changement quasi radical, ils préfèrent s’orienter vers un théâtre plus radicalement contemporain, mettant en avant un besoin de questionner l’acte même de la création théâtrale.

    Avec une grande liberté de ton, se jouant des genres (de l’adresse public la plus directe au monologue coup de poing, des dialogues absurdes et décalés aux effets de réel, de la profération en langue sonore et déglingué au murmure de l’intime, du plus grand dépouillement d’un être-là de l’acteur dans le vide du plateau, à l’utilisation du « visuel » et du « sonore » comme incursions soudaines d’un imaginaire et d’un ailleurs….) la compagnie tente, d’un spectacle à l’autre, de mettre en scène – sur scène – et en vie, cette traversée des possibles qu’est l’écriture aujourd’hui d’un « théâtre »….

    Une écriture d’aujourd’hui, en ce sens qu’il n’est plus possible d’être dupe. Dupe d’une forme, d’une dramaturgie, d’une illusion, même qui refuserait de dire son nom. Ecriture qui se doit au contraire d’être mise à nu, en abyme, révélée au sein d’une dramaturgie nouvelle libérée de ses codes, avançant par rebonds, ricochets, sensations, intuitions, impacts et uppercuts…

    Il ne s’agit pas pour autant de faire du « théâtre sur le théâtre ». Pour les Indiscrets, mettre en scène et en écriture cette question, celle de la théâtralité, ou plutôt celle de leur rapport au théâtre et à la création, est forcément une manière de questionner notre rapport au monde. Comment fait-on pour l’habiter ce monde ? Comment fait-on pour ne pas fuir ? A faire que ça ? Comment on le parle ? On le recrache ? On le recrée ? On se fait une bouche pour parler au (du) monde ?

    Se mettre en quête d’une parole forte est donc pour Lucie Gougat et Jean-Louis Baille, la recherche avant tout d’une parole vraie. Une parole qui n’hésite pas à prendre appui sur l’intimité d’une démarche personnelle et d’une existence, pour tenter de révéler le vrai d’un rapport difficile mais nécessaire à soi-même et au réel, au possible et à l’inacceptable.

    Distribution

    Auteurs : Lucie Gougat, Jean-Louis Baille

    Mise en scène : Lucie Gougat

    Interprètes : Jean-Louis Baille, Paul Eguisier, Julien Michelet et Franck Roncière

    Lumières/machinerie/effets spéciaux : Franck Roncière

    Réalisation décors : Atelier du Théâtre de l’Union

    Bande son et musique : Julien Michelet

    Création vidéo : Paul Eguisier et Fabrice Merabet

    PRODUCTION : Compagnie des Indiscrets

    COPRODUCTION : Théâtre de l’Union – Centre Dramatique National du Limousin, Théâtre des 7 collines – Scène Conventionnée de Tulle, Théâtre du Cloître – Scène Conventionnée de Bellac

    SOUTIENS : Centres culturels – Ville de Limoges, Le Transfo – Art et Culture en région Auvergne, Scène Nationale d’Aubusson, Fabrique Éphéméride à Val-de-Reuil, Centre culturel, Robert Margerit à Isle, Mairie de Billom

    La Compagnie des Indiscrets est conventionnée par la Région Limousin, par la DRAC du Limousin et par la Ville de Limoges.

    Billetterie

    Partenaires