HomeLes SpectaclesThéâtre COMPAGNIE ACTE UNIQUE – REPORT DE LA SAISON 19/20

COMPAGNIE ACTE UNIQUE – REPORT DE LA SAISON 19/20

  • Jour sans Faim de Delphine de Vigan

    THÉÂTRE

    Création – spectacle reporté

    Violaine Brébion et Xavier Clion composent la compagnie Acte Unique. Ils se sont emparés du premier roman autobiographique de Delphine de Vigan Jour sans faim pour lui donner corps.

    Cette pièce raconte un moment clé de l’adolescence où l’héroïne a dû choisir entre la vie et la mort. Avec distance et humour, elle enquête sur elle-même et fait revivre les rencontres à qui elle doit la vie, les événements importants de cette période charnière et fondatrice.

    Une belle démarche artistique d’utilité publique, à donner à voir, pour comprendre les souffrances mentale et physique qu’engendre l’anorexie.

     

    Pour aller plus loin

    • Dimanche 18 avril, 14h/18h, stage tout public animé par Violaine Brébion et Xavier Clion

    Distribution

    D’après le roman de Delphine de Vigan

    Adaptation, mise en scène, comédienne : Violaine Brébion

    Adaptation, mise en scène, comédien : Xavier Clion

    Créateur sonore : Christophe Sechet

    Lumières : François Thouret

    Scénographie : Philippine Ordinaire

    Costumes : Solveig Maupu

     

    Mentions légales

    Production: Histoire de…

    Coproduction: L’Atelier à spectacle, scène conventionnée d’intérêt national de l’Agglo du Pays de Dreux (Vernouillet 28) ; Théâtre Roger Barat-Herblay, Pays de Conches

    Crédit photo : DR

     

     

     

    En savoir plus

    NOTES D’INTENTION

    Violaine Brebion : J’ai découvert Delphine de Vigan en 2017 : on m’avait offert le dernier roman paru : D’après une histoire vraie. C’est donc par la fin que j’ai découvert l’écriture de cette autrice. D’après une histoire vraie m’a donné envie de connaître les secrets que porte, Rien ne s’oppose à la nuit. L’ayant lu, j’ai été sûre d’une chose difficilement explicable : cette écriture faisait écho en moi. Non seulement j’étais happée et émue par ce qui se racontait, mais je me sentais proche de cette prise de parole et j’avais l’intuition de pouvoir dire ces mots à voix haute. Je suis entrée dans une librairie et ai acheté tous les romans de Delphine. L’évidence continuait de s’imposer, elle s’appelait Jours sans faim.

    Ce roman m’apparut tout de suite comme un matériau théâtral. Et j’étais particulièrement sensible au thème abordé, non pas l’anorexie en tant que telle, mais les blessures profondes et le mal de vivre qui l’accompagnent. La tentation de la mort à l’adolescence a un goût particulier. Certains s’y brûlent. Et le chemin vers un avenir meilleur, ou simplement supportable, est une énigme.

    Parfois il faut se battre contre soi-même pour continuer à vivre.

    Parfois la bonne rencontre est salvatrice.

    J’ai demandé à Delphine de Vigan le droit d’adapter son premier roman. Je voulais en faire un seule en scène. Pendant trois mois je me suis concentrée sur cette phase « d’écriture », et plus je travaillais sur ce texte, plus mon envie de le dire croissait. Delphine a lu mon adaptation et m’a donné son autorisation de la jouer.

    L’aventure pouvait commencer.

    J’avais besoin d’un œil extérieur pour valider mes choix sur le plateau. J’ai naturellement pensé à Xavier Clion. Nous nous connaissons depuis longtemps, nous avons travaillé ensemble à maintes reprises et constaté la proximité de nos sensibilités artistiques. Cela assurait une confiance et une évidence du travail qui me paraissaient idéales pour cette mise à nu, puisque ce voyage en adolescence en est une. Notre première résidence de travail m’a prouvé que j’avais raison.

    A deux nous avons fait évoluer le projet. Et nous avons décidé de le jouer et de le porter ensemble.

    Xavier Clion : Jours sans faim est un roman de la renaissance. « Vous n’avez pas besoin de mourir pour renaître », dit un médecin à l’héroïne. Et c’est bien de cela qu’il s’agit, de renaître, de se recréer, de se réinventer sans passer par la disparition totale. Alors Laure disparaît un peu. Beaucoup. Trop. Puis elle rencontre le docteur Brunel, et travaille avec lui à renaître sans mourir.

    C’est à ce travail que nous voulons convier le spectateur. Suivre le parcours de Laure, depuis les profondeurs de l’anorexie jusqu’à la promesse d’une vie nouvelle. Une Laure bicéphale, qui est à la fois celle qui vit l’histoire sous nos yeux, et celle qui la raconte quelques quinze années plus tard.

    Dans cette représentation, nous suivons la quête de Laure, l’enquête introspective, les obstacles, les espoirs, les rencontres, les frustrations, les peurs, tous les chaos de la détermination, toutes ses interrogations. Tout est théâtre, car tout est donné à voir. Sous le regard des spectateurs et du docteur Brunel, Laure renait.

    Dans un dispositif aussi dépouillé que possible, où l’espace est habité seulement des états de l’âme, et où seuls la lumière et les sons feront l’esthétique, Violaine Brébion donnera vie à cet extraordinaire parcours d’initiation. Une vie qui se réinvente elle-même.

     

    Billetterie

    Partenaires