HomeActualitésAhmed Madani, l’homme de théâtre miroir de notre société

Ahmed Madani, l’homme de théâtre miroir de notre société

Ahmed Madani, l’homme de théâtre miroir de notre société

Ahmed Madani, un homme de Théâtre qui interroge le monde par la poésie, l’imaginaire et l’empathie

Ahmed Madani est un auteur et metteur en scène, psychothérapeute de formation. En 1985, il décide de se consacrer au théâtre et fonde sa compagnie. Son inspiration et son écriture se nourrissent de faits de société comme le rapport à la terre, à la transmission, à la mémoire, et ses pièces touchent aussi bien le jeune public que les adultes. Pendant de nombreuses années, il met en œuvre un projet expérimental à Mantes-la-Jolie qui devient rapidement une référence en matière d’innovation artistique en milieu péri-urbain : créer de nouvelles formes artistiques en prenant en compte les diversités des composantes de la société française et en les inscrivant dans des théâtres aussi bien que dans des lieux improbables (entrepôts, magasins inoccupés, immeubles abandonnés, haras).

De 2003 à 2007, il dirige le Centre dramatique de l’océan Indien à Saint-Denis de la Réunion et y développe de nombreux échanges avec des pays du Sud et du Nord notamment sur les thématiques de la création (auteur), la transmission et la formation.

Depuis son retour de l’île de la Réunion en 2008, Ahmed Madani poursuit ses activités au sein de sa compagnie conventionnée avec le Ministère de la Culture / DRAC Île-de-France et la région Île-de-France. Il développe des partenariats avec des Scènes nationales, des Centre dramatiques, des Scènes conventionnées comme l’Atelier à spectacle en 2016, des théâtres de ville. Il alterne des créations à caractère familial avec des œuvres du répertoire et des propositions plus singulières qui questionnent le fonctionnement de la société.

Ahmed Madani a une trentaine de spectacles à son actif qui se jouent sur les scènes françaises et à l’étranger. Ses textes sont édités chez Actes Sud-Papiers et à l’école des loisirs. Enfin, il est artiste associé au Théâtre de Brétigny, Scène conventionnée art & création.


« J’ai rencontré Dieu sur Facebook »: réflexion sur le fanatisme religieux, l’héritage culturel et l’embrigadement

Ahmed Madani poursuit son cycle « Face à son destin », un projet artistique inspiré des jeunes des quartiers populaires. Après « Illumination(s »), accueillit en 2014, F(l)ammes, pièce créée en 2016, à l’Atelier à spectacle avec dans sa distribution une jeune drouaise, Anissa, et en attendant « Incandescent », il a écrit et monté « J’ai rencontré Dieu sur Facebook ». Cette pièce sera interprété les 24 et 25 janvier à 21h, sur la grande scène de l’Atelier.

Une pièce d’utilité publique

Intègre et sincère, Ahmed Madani nous propose un théâtre nuancé, résistant et émouvant. Dans une mise en scène simple, il ancre cette pièce dans le réel. La terreur et l’humour se mêlent. Les préjugés et les attentes sont bousculés. Toute la complexité et les contradictions des vies s’opposent aux idéologiques simplificatrices. La colère, la tendresse, l’écoute du monde, la fragilité des êtres et la résistance de l’amour forment les grands axes de cette pièce.

La relation fusionnelle entre une mère et sa fille est chamboulée par un chevalier soit disant charmant. C’est l’histoire de Salima, une professeure de français qui toute sa vie s’est émancipée de la pression familiale, du diktat masculin et carcan des traditions. Elle a élevé sa fille Nina dans ce souci de liberté et de laïcité. Toutes deux s’aiment très fort tout en se déchirant. Elles perdent, chacune de leur côté, un être cher, ce qui nourrit leur frustration commune. Par l’intermédiaire de facebook, le jeune Amar s’invite et apaise les tourments existentiels de Nina. Partira-t-elle en Syrie ou restera-t-elle auprès de sa mère ?

Pour Ahmed Madani, cette pièce est : « un vrai sujet de société dans lequel la fiction et la poésie peuvent trouver une voie d’expression qui ne manquera pas de trouver un écho chez les spectateurs. Évoquer les faux-semblants, les manipulations, les apparences, la spiritualité, l’exaltation, l’amour, l’amitié, la mort pour parler de la solitude et de la désorientation d’une jeunesse qui cherche sa place dans une société fragilisée est une entreprise palpitante pour peu qu’un désamorçage par le rire et la théâtralité puisse s’opérer. »

Venez le découvrir le 24 ou 25 janvier, à 21h, à l’Atelier à spectacle. 

Derniers arguments pour vous donner envie de voir cette pièce, un article paru dans La Terrasse, le 26 novembre 2018 (cliquez sur le titre du journal) et cette vidéo d’intention d’Ahmed Madani.

Partenaires