HomeL’atelierArchivesSaison 2016/2017 THEATRE DE LA TÊTE NOIRE-PATRICE DOUCHET

THEATRE DE LA TÊTE NOIRE-PATRICE DOUCHET

"Venezuela" de Guy Helminger

THEATRE

Séance au Dianetum d’Anet : 14h

Réservation au Dianetum au 02 37 43 00 70

Théâtre de la Tête Noire, fil rouge de Premiers arrivés 2017

La nuit, dans les stations du centre-ville de Berlin, une bande d’adolescents « surfent » sur les trains, ils s’accrochent à une fenêtre et doivent tenir de gare en gare… Confrontés à la mort violente « du plus grand », ils choisissent de la dissimuler au plus fragile du groupe. Ils lui racontent qu’il a changé de vie, qu’il est parti au Venezuela…

Il se cache derrière la violence de la situation initiale une profonde humanité.

DISTRIBUTION

Texte : Guy Helminger, publié aux éditions Théâtrales

Traduction de l’allemand : Anne Monfort, avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale.

Mise en scène : Patrice Douchet
Assistanat à la mise en scène : Christel Montaigne

Avec Cantor Bourdeaux, Thomas Cabel, Arthur Fouache, Coline Pilet, Clémence Prévault

Chorégraphie : Alcides Valente

Scénographie : Anabel Strehaiano

Vidéo : Anthony Le Grand

Costumes : Floriane Gaudin

Lumières : Jonathan Douchet

CO PRODUCTION

Théâtre de l’Ephémère au Mans.

 

SOUTIEN

Maison du Comédien d’Alloue et le Jeune Théâtre en Région Centre-Val de Loire.

Zoom sur...

Créer, diffuser, former

Le Théâtre de la Tête Noire, scène conventionnée pour les écritures contemporaines

L’histoire du théâtre à Saran est celle d’une rencontre entre une compagnie et un lieu jusqu’à se fondre en une seule dénomination le Théâtre de la Tête Noire.

Le Théâtre de la Tête Noire mène une action de création, de diffusion et de formation centrée sur le répertoire aujourd’hui. Le projet artistique, conduit par Patrice Douchet, metteur en scène a pour première mission de créer des spectacles destinés à être présentés sur le territoire national. Le Théâtre est impliqué dans plusieurs projets et réseaux européens.

En partenariat avec la ville de Saran et avec le soutien de la DRAC Centre, de la région Centre et du département du Loiret, le Théâtre de la Tête Noire propose dans une salle de 200 places une programmation exigeante destinée à tous les publics (théâtre, musique, chanson française, Jeune Public…), des lectures, des rencontres, des débats et accueille en résidence des compagnies et des auteurs…

En accompagnement des spectacles à destination du public scolaire, le théâtre met en place des actions de sensibilisation et met à disposition des enseignants une Valise Théâtre, véritable outil de découverte du théâtre d’aujourd’hui.

En soutien aux auteurs, le Théâtre développe de multiples actions : Text’Avril, un festival dédié à l’écriture contemporaine, un comité de lecture qui permet la découverte de textes inédits et une Théâtrothèque (bibliothèque de prêt de textes d’auteurs contemporains).

Le Théâtre de la Tête Noire est aussi un lieu de formation et encadre des ateliers théâtre pour tous les âges à partir de 8 ans et des interventions en milieu scolaire (Options Théâtre, Aux Arts Lycéens, Ateliers de pratique artistique, accompagnement éducatif…).

Enfin, le Théâtre assure la direction artistique et technique du Festival Théâtre sur l’Herbe, organisé en collaboration avec la ville de Saran. Il se déroule tous les 3 ans dans le parc du Château de l’Etang. La prochaine édition aura lieu en juin 2017.

Aides publiques : le Théâtre de la Tête Noire, scène conventionnée pour les écritures contemporaines, est subventionné par la Ville de Saran, le ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Centre), la région Centre et le département du Loiret.

Certains spectacles sont accueillis avec l’aide de l’Onda.

Site officiel

Patrice Douchet, metteur en scène

Patrice Douchet est metteur en scène, directeur artistique et fondateur en 1985 du Théâtre de la Tête Noire, aujourd’hui scène conventionnée pour les écritures contemporaines à Saran (Orléans) dans le Loiret.

Depuis 1985, Patrice Douchet bâtit un répertoire constitué essentiellement de textes d’auteurs contemporains, avec un intérêt particulier pour les oeuvres qui s’inscrivent dans le triangle littérature/théâtre/cinéma : Scènes de Chasse en Bavière de Martin Sperr (film de Fleishmann), Le Trio en mi bémol du cinéaste Éric Rohmer, Lettre d’une inconnue de Stefan Zweig (film de Max Ophuls), Hiroshima mon amour de Marguerite Duras (film d’Alain Resnais), Moderato Cantabile de Marguerite Duras (film de Peter Brook).

Avec Hiroshima mon amour en 1998, il inaugure un cycle Marguerite Duras. En 1999, il présente dans un même temps théâtral Savannah Bay, La Musica Deuxième et Moderato Cantabile, spectacle intitulé 4h avec M.D.

De 2000 à 2005, il explore l’oeuvre du cinéaste suédois Ingmar Bergman avec la mise en scène d’une version de Persona intitulée Lettre d’Elisabet Vogler à son fils, puis celle du dramaturge norvégien Jon Fosse avec Un Jour en été et enfin celle du romancier Tarjei Vesaas, lui aussi norvégien pour une adaptation signée Brigitte Smadja des oiseaux, recentrée sur Mattis, une figure de l’idiot. Avec ces écritures scandinaves, Patrice Douchet travaille un théâtre « littéraire » à la lisière du cinéma, de l’image arrêtée et du roman. Il associe des « poèmes photographiques » à chacune de ses mises en scène et collabore avec Dominique Journet Ramel, photographe et comédienne.

De 2007 à 2009, il revient à Marguerite Duras, et mène un travail sous forme de workshops et de stages pour restituer l’intégralité du roman Le Ravissement de Lol V.Stein (voyage de 7 heures avec une équipe de 20 comédiens) co-mis en scène avec Dominique Journet Ramel (coproduit par le Carré, scène nationale de Château-Gontier et le centre dramatique régional de Tours).

Son parcours de metteur en scène est également jalonné de créations explorant les écritures contemporaines adressées aux nouvelles générations. Dans des propositions scéniques, souvent à contrepied des conventions non-écrites du jeune public, Patrice Douchet trace une voie de spectacles « sans limite d’âge » : L’Armoire, il l’appela journal d’après les histoires enfantines de Peter Bichsel, Bouli Miro de Fabrice Melquiot, Une machine est une machine comme un machin est un machin (Ecriture et mise en scène), Louise les ours de Karin Serres et La Nuit MêmePasPeur de Claudine Galea.

En tant que directeur artistique du Théâtre de la Tête Noire, il élabore la programmation d’un théâtre de 200 places. Il a créé un faisceau d’outils et d’événements pour le repérage et le compagnonnage avec des auteurs : comité de lecture, festival, rencontres, lectures/découverte, « l’émission » (forme dramaturgique de laboratoire d’écriture), un cycle de commande de pièces « partir en écriture », la création de la théâtrothèque Marie Landais (bibliothèque de pièces d’auteurs contemporains).
En 1990, il inaugure la première édition des rencontres dramatiques contemporaines du Théâtre de la Tête Noire, Text’Avril. Ces rencontres présentent chaque année, sous forme de lectures, de spectacles et de mises en espace des textes d’auteurs contemporains. Text’Avril travaille au repérage, à la reconnaissance, à la production et la diffusion des écritures d’aujourd’hui.

Guy Helminger, auteur

Guy Helminger est né au Luxembourg en 1963 et a étudié l’allemand et la philosophie. Il écrit des poèmes, des pièces de théâtre, des pièces radiophoniques, des scénarios et des romans en allemand.

 

 

Auteur Luxembourgeois, site bio
Billetterie

Partenaires