HomeL’atelierArchivesSaison 2016/2017 Christophe Alévêque

Christophe Alévêque

  • Ça ira mieux demain…

    HUMOUR

    S’il ne nous reste plus que ça, alors rêvons !

    Christophe Alévêque revient à l’Atelier à spectacle. Il y a presque 10 ans, le 26 janvier 2007, avec Debout !, il essayait de regarder le monde avec un regard optimiste. En 2016, c’est de manière candide qu’il appréhende les choses. Tel un Don Quichotte à la mine Droopy, il reprend le combat ! Son attitude de rebelle, il la met de côté et devient un candide qui rêve, fait des consensus et part combattre des moulins ! Envie d’apaisement ? Le naturel revient au galop pour le plus grand plaisir du public. Alévêque s’inspire de l’actualité et il balance. Entre les jeunes, la télévision, Internet, les manifestations, les musulmans, les migrants, nos politiques…. Il y met du fond et de la forme, sa forme, et c’est implacable.

    Une autre différence, il propose quelques intermèdes musicaux, de grands moments bien placés. La pause du rêveur ?!

    Avec ce spectacle, ce stand-up, très écrit, abouti et l’un des plus personnels, Christophe Alévêque se montre toujours aussi percutant avec ses formules qui tuent, ses analyses imparables, ses métaphores osées et autres comparaisons : « La bêtise étant un adversaire increvable, le bouffon a encore de beaux jours devant lui » ; « Les cyclistes qui se droguent sont-ils un exemple pour les drogués qui ne font pas de sport ? » ; « En janvier nous avons mis un genou par terre, l’essentiel est de ne pas avoir les deux ».

    Cet humoriste, rockeur, clown dérisoire, rebelle ou missionnaire… saura-t-il vous persuader que ça ira mieux demain ?!!!

    Note de Christophe Alévêque :

    Je n’aurais jamais imaginé que ce métier puisse être dangereux au point de mourir de rire. Après m’être attaqué à la bêtise des hommes, me voilà confronté à leur folie. C’est l’époque qui veut cela. Vais-je changer un mot de mon texte ? Bien sûr que non. Je n’ai aucune mauvaise intention, alors de quoi aurais-je peur ? Je vais donc continuer à participer à la thérapie collective, avec le public, un piano et la seule arme que je sais manier : l’humour. Dans une époque troublée, en crise de tous les côtés, où l’avenir est devenu un concept, je vais vous parler de rêve. Mais à ma manière, sans concession, sans évacuer les cauchemars, la violence et l’absurdité de notre époque. Vous n’aurez pas d’autre choix que de rire. Parce que c’est un exutoire. Parce que c’est vital. De quoi vais-je vous parler ? De la génération des « tranquille, t’inquiète », et du vieux con qui attend le déclic de la jeunesse. Et puis, Don Quichotte, celui que l’on pourrait tous être, suivre l’étoile et les forces de l’esprit ; la normalité n’est pas normale ? Alors inventons une autre réalité. En avant ! Et finalement non ! L’époque est au réalisme. Les gens qui réussissent sont ceux qui savent s’adapter à la réalité, alors il faut que ça se vende. Pourquoi pas une carrière dans le « stand up centriste » histoire de m’acheter une belle voiture ? Mais non, les forces de l’esprit vont l’emporter ! Mon métier est-il dérisoire ou suis-je en mission ? Basta ! Une bonne revue de presse, sans limite, sans filet et sans gilet pare balles. La liberté ! Debout ! Et ce piano, au centre, énorme et beau ! Comme un rêve. Le mot de la fin ? C’est extra.

    Distribution

    Auteur-interprète : Christophe Alévêque

    Interprète : Francky Mermillod

    Mise en scène : Philippe Sohier

    Avec la collaboration de : Thierry Falvisaner

    Lumières : Jérôme Pérez Lopez

    Régie générale : Francky Mermillod

    PRODUCTION : Jean-Marc Ghanassia, CPM et Alaca Production

    SOUTIEN : Théâtre d’Auxerre, scène conventionnée

    Zoom sur...

    CHRISTOPHE ALEVEQUE

    Christophe Alévêque débute dans Les Stagiaires (duo déluré). En 1992, il monte sa première pièce avec Philippe Sohier, qui restera son complice. Très vite, il intègre l’équipe de Laurent Ruquier dans l’émission Rien à cirer sur France Inter, où il tourne en dérision l’actualité avec un humour corrosif et décalé. Sa collaboration avec l’animateur perdure et il devient chroniqueur dans les émissions : On a tout essayé sur France 2 et On va s’gêner sur Europe 1. Dans le même temps, il collabore avec Michel Drucker, Thierry Ardisson et l’équipe de l’émission Nulle Part ailleurs.

    En 1998, il joue au théâtre Grévin Même pas peur, un one-man-show décapant où il fait la satire de notre quotidien : vie de couple, vertus du sport, turpitudes du découvert bancaire, jeune père et célibataires en boîte. En 2006, il écrit son troisième one-man-show, Debout ! présenté à la Comédie Caumartin, au Casino de Paris et en tournée dans toute la France, dont l’Atelier à spectacle (Vernouillet-28) jusqu’en 2008. Christophe Alévêque se produit sur la scène du Rond-Point à plusieurs reprises depuis 2009 : Christophe Alévêque est Super Rebelle !… enfin ce qu’il en reste (octobre 2009 et janvier 2011), Les Monstrueuses Actualités de Christophe Alévêque (2011), Christophe Alévêque est Super Rebelle… et candidat libre (2012). De janvier à juin 2014, il retrouve la scène avec dix revues de presse ponctuelles : Christophe Alévêque dit tout.

    Auteur de plusieurs ouvrages, il a aussi écrit une chronique régulière dans Siné Hebdo. De mai 2007 à mai 2011, il organise avec les 1000 colombes l’anniversaire de l’élection du Président de la République tous les ans devant le Fouquet’s à Paris. La dernière année ils seront plus de mille personnes. Le 30 mai 2014, c’est la création de la première Fête de la dette du monde au CENTQUATRE à Paris. Ludique, éducatif et solidaire, le projet a réuni mille six cents personnes et a permis de recueillir 13 000 euros de dons pour le Secours Populaire. Depuis septembre 2014, il est chroniqueur sur France Inter à 11h dans La Bande Originale présentée par Nagui et sur France Info dans Les Informés à 20h présenté par Jean-Mathieu Pernin.

    Billetterie

    Partenaires