HomeActualitésKery James, le théâtre au service de son engagement

Kery James, le théâtre au service de son engagement

Kery James, le théâtre au service de son engagement

11 avril 2017 HomeSpectacles

Son engagement

Kery James, le rappeur connue pour son engagement, utilise les mots pour dénoncer les oubliés des banlieues comme il le déclame dans « Lettre à la République » (2012) ou dans « Banlieusards » (2008). Ce combat, il le défend déjà depuis ses débuts. En 1992, il avait 13 ans. Il rappait au sein du groupe Ideal J et racontait la vie difficile et le manque d’égalité en France dans « La vie est brutale ».  Aujourd’hui, il est aussi présent sur le terrain via l’association A.C.E.S Tour qui s’investit dans l’éducation des jeunes des quartiers et il donne la parole aux habitants grâce à un blog nommé Le Banlieusard.fr.  « A vif » est une continuité et un sujet d’actualité.

 

Sa première pièce au vif de l’actualité

Mardi 2 mai, à 21h, c’est en tant qu’auteur et comédien que Kery James, accompagné sur scène par Yannick Landrein et mis en scène par Jean-Pierre Baro, poursuit son combat pour la reconnaissance des banlieues et de ses habitants dans « A vif ».

Le contexte de la pièce : Deux hommes que l’on définit très vite comme des élèves-avocats, sont en finale d’un concours appelé  « La Petite éloquence » qui s’effectue en fin de cursus de l’Ecole de Formation du Barreau. Les élèves s’exercent ainsi à la plaidoirie. Pour cet exercice, ils vont s’affronter autour d’une problématique : « L’Etat est-il le seul responsable de la situation actuelle des banlieues ? ». Un jury imaginaire détermine les rôles : Soulaymaan Traoré (Kery James), originaire d’Orly défend le « NON » avec l’argumentaire : » c’est aussi la responsabilité des habitants » et Yann Jaraudière (Yannick Landrein), parisien né pour être avocat, argumentera sur le fait que les institutions sont fautives.

Dans un décor minimaliste (une longue table, surmontée d’un grand écran, quelques projections, deux pupitres à l’avant-scène), Jean-Pierre Baro propose une mise en scène simple mais efficace dans laquelle les deux mondes ne sont pas opposés et les deux comédiens se complètent.

Vidéo sur les coulisses de la pièce (source Clique Report-cliquetv)  :

morceau choisie - émission Clique Canal + sur Kery James et "A vif"
morceau choisi – émission Clique sur Kery James et « A vif »

 

 

« Je voudrais que cette pièce soit dans la lignée de ce que j’ai toujours essayé de proposer, tout au long de ma carrière musicale, en tant qu’auteur et interprète. »

Kery James a pensé cette pièce comme une transmission d’une émotion, pour susciter une interrogation et une remise en question. Il veut une pièce dont on ne ressort pas indemne, qui marque, qui bouleverse parfois, qui peut-être change les choses (même une seule), et qui soit importante, sociale, nécessairement politique mais pas politicienne. En d’autres termes, une pièce qui participe à la vie de la cité. […]

Il est conscient qu’elle ne réglera pas le problème, mais il veut proposer quelque chose de fondamental à la cohésion nationale : un dialogue et briser les idées reçues, mettre en évidence la complexité de ces deux France que certains tentent d’opposer en les présentant comme deux blocs compacts et soudés dans lesquels tout le monde vit et pense de la même manière. […]

Les deux France, les deux vérités se rencontrent au théâtre, dans le réel et il espère qu’elles échangeront. Un petit pas vers le vivre ensemble. 

 

Partenaires